Le projet EERQI

PDF versionPrinter-friendly version

EERQI - Indicateurs de qualité pour les recherches européennes en éducation

Un projet de recherche du 7e programme cadre pour la recherche en sciences socio-économiques et humaines (SSH).

Durée : du 1er avril 2008 au 31 mars 2011

Objectifs

Les buts du projet EERQI sont de renforcer et d’améliorer la visibilité mondiale et la compétitivité de la recherche européenne en éducation.
Le projet a pour ambition de

  • développer de nouveaux indicateurs et de nouvelles méthodologies pour évaluer la qualité des publications en recherche éducationnelle,
  • proposer un modèle pour l’élaboration de ces indicateurs et méthodologies,
  • faire de ce modèle un outil multilingue, en commençant par l’anglais, l’allemand, le français et le suédois,
  • créer un moteur de recherche pour la collecte de ressources et l’analyse de textes,
  • tester la transférabilité des indicateurs EERQI vers d’autres champs des sciences sociales et humaines,
  • développer un programme durable de certification de la qualité des publications européennes en recherche éducationnelle.

Le projet améliorera les standards des indicateurs de qualité de la recherche, particulièrement dans le champ des sciences sociales et humaines.

Enjeux

Les méthodes traditionnelles d’attestation de la qualité de la recherche dans les publications scientifiques reposent sur des systèmes de classement qui prennent principalement en compte la fréquence des citations et la notoriété des revues dans lesquelles elles sont publiées. Ces deux critères ne reflètent pas les pratiques européennes en matière de publications scientifiques. Si ces méthodes d’évaluation sont appliquées à la science ou aux institutions européennes, non seulement des chercheurs et des institutions seront ignorés, mais des domaines entiers de recherche, voire des aires linguistiques seront pratiquement exclus, car ils ne correspondent pas aux critères de ces outils. Les initiateurs du projet EERQI, ainsi que de nombreux organismes de recherche et d’évaluation de l’Union européenne, ressentent la nécessité de remédier à l’inadéquation de cette situation. Le projet EERQI créera le prototype d’un système permettant d’adapter les indicateurs de qualité de la recherche au contexte européen. Le modèle se fondera sur des études concernant la façon dont peuvent être déterminées la qualité et la pertinence des rapports de recherche. Ces méthodes ont recours aux nouvelles possibilités technologiques fournies par les outils de traitement du langage naturel, pour l’analyse du contenu et l’exploitation des textes scientifiques disponibles sous forme numérique. L’analyse du contenu contextuel permettra de compléter les données traditionnelles, surtout quantitatives, fournies par les indicateurs basés sur le décompte des citations et le classement des revues, par celles d’indicateurs liés au contenu, pouvant contribuer à un processus d’évaluation de la qualité.
Le projet EERQI est piloté par un groupe de chercheurs en éducation. La recherche éducationnelle est par essence multidisciplinaire car elle a recours à l’ensemble des méthologogies en usage dans les sciences sociales et humaines.

Méthodologie

Le projet se déroulera en deux étapes :

  1. La première étape sera consacrée à l’élaboration et à la validation du concept et de ses caractéristiques ; au développement de méthodes de test sur un ensemble de documents adéquats ; au développement du moteur de recherche ; à la récolte à la conversion et au stockage du contenu électronique ; à la réalisation d’une vue d’ensemble du type et de la portée des métadonnées, du format des textes intégraux disponibles et des exigences en matière de serveur ; au réexamen des indicateurs traditionnels et à la suggestion de nouveaux indicateurs.
  2. La deuxième étape sera celle des tests. Les nouveaux indicateurs et les nouvelles méthodologies adoptés dans la première phase seront testés sur la base d’un contenu en constante expansion. Le moteur de recherche sera enrichi par l’intégration de thésaurus multilingues, et raffiné pour s’adapter aux activités de la troisième étape, telles que dupliquer le processus sur une plus petite échelle et avec un champ d’expérimentation limité dans d’autres domaines des sciences sociales et humaines. Les activités seront continuellement accompagnées de la vérification des indicateurs et des méthodologies par la communauté scientifique. Des représentants d’agences nationales de financement de la recherche et d’autres responsables seront intégrés au processus. Le résultat du projet sera continuellement présenté à la communauté scientifique et à d’autres publics concernés, y compris les politiciens, au niveau local, national et international.